Affaire 46 soldats ivoiriens
Signature de protocole d’accord entre la Côte d’Ivoire et le Mali : la Conasu salue le geste des autorités ivoiriennes

0:00

La Côte d’Ivoire a signé un protocole d’accord avec la junte malienne relativement à la situation des 46 soldats ivoiriens retenus à Bamako. Une signature qui a suscité la réaction de la Conasu à travers une déclaration dont Linfodrome a reçu copie ce vendredi 23 décembre 2022.

Une délégation ivoirienne conduite par le ministre d’État, ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara s’est rendue à Bamako pour discuter avec les autorités maliennes. Une rencontre entre les deux pays qui a permis la signature d’un protocole d’accord avec la junte militaire malienne le jeudi 22 décembre 2022. Le présidium de la Coalition nationale pour le sursaut (CONASU), par le biais de son président Zanga Coulibaly, a félicité le président de la République de Côte d’Ivoire et marqué son soutien au ministre d’État, ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara.

COMMUNIQUE CONASU

En conférence de presse annuelle le mercredi 21 décembre 2022, Antonio Guterres, secrétaire général de l’Organisation des nations-unies (Onu) a évoqué la question des soldats ivoiriens détenus au Mali. Il a demandé que les 46 soldats ivoiriens encore détenus au Mali soient libérés avant la fin de l’année 2022.

Les chefs d’État ouest-africains avaient déjà émis l’idée de la libération des soldats ivoiriens lors du dernier sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) le 4 décembre 2022 à Abuja, et avaient fixé un ultimatum au 1er janvier 2023 sous peine de nouvelles sanctions contre le Mali.

24 heures après l’intervention du premier responsable de l’Onu, une délégation officielle ivoirienne s’est rendue à Bamako pour mener des discussions sur la libération effective des 46 soldats ivoiriens détenus au Mali depuis le mois de juillet 2022.

La Coalition nationale pour le sursaut (CONASU) mentionne qu’elle suit avec beaucoup d’intérêt depuis le début, le déroulement des différentes démarches entreprises par le président Alassane Ouattara dans le sens de la résolution de cette crise entre Maliens et Ivoiriens.

Vu que l’arrivée et les différentes rencontres entre la délégation ivoirienne conduite par le ministre d’Etat, ministre de la défense, Téné Birahima Ouattara, sous la supervision du ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey, se sont déroulées dans une ambiance bon-enfant, et que cette rencontre est assortie d’un protocole d’accord a été signé entre les deux parties,

La CONASU rêve de voir les braves soldats ivoiriens qui étaient en mission régulière au Mali regagner leurs familles pour passer une bonne fête de fin d’année dans leur pays.

Depuis le début de la crise, le chef de l’Etat de Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara, en bon père a toujours été aux côtés des différentes familles de nos soldats.

La CONASU félicite de ce fait le président Alassane Ouattara pour les tentatives diplomatiques qui ont abouti à l’accélération des interventions de la Cedeao et l’Onu.

La CONASU adresse ses encouragements au ministre de la Défense, Téné Ibrahim Ouattara et toute la hiérarchie militaire pour leur patience dans la gestion de ce dossier.

La CONASU demande aux familles des 46 soldats d’être optimistes de ce qu’elles pourront fêter avec leurs enfants en cette fin d’année 2022.

La CONASU voudrait marquer un arrêt pour saluer la grande vision et le leadership du président Alassane Ouattara, qui malgré tous les ingrédients pour raviver les tensions diplomatiques entre la Côte d’Ivoire et le Mali, a su garder son sang-froid.

La CONASU demande à la junte militaire au pouvoir au Mali et à Assimi Goïta de privilégier les liens de fraternité qui ont toujours existé et prévalu entre Ivoiriens et Maliens pour libérer sans hésitation les 46 soldats encore détenus à Bamako.

La CONASU estime qu’Assimi Goïta et la junte militaire doivent saisir cette nième main tendue de la Côte d’Ivoire, de l’Onu, de la Cedeao et de la Communauté internationale.

Enfin, la CONASU et le peuple de Côte d’Ivoire se disposent à accueillir avec les autorités ivoiriennes, les braves soldats pour leur capacité de résistance pendant ces durs moments de détention illégale en terre étrangère.

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks