Affaire Terrains Nus des ex-FDS : Réconciliation entre Amon Amon Athanase et Touré Ahmed Bouah

0:00

Après des mois de vives tensions et de batailles juridiques, une lueur d’espoir brille sur l’horizon de l’affaire des terrains nus des ex-Forces de Défense et de Sécurité (FDS). Amon Amon Athanase, président de la Mutuelle des Détenteurs de Droits Coutumiers (DDC) d’Akoupé-Zeudji, qui avait précédemment accusé le PDG de la société immobilière SOPHIA S.A, Touré Ahmed Bouah, de faux dans le cadre du projet Akwaba City, s’est récemment réconcilié avec ce dernier.

La saga légale qui a opposé Amon Amon Athanase et Touré Ahmed Bouah atteindra un moment décisif le 27 octobre 2023, date à laquelle Amon Amon Athanase devait comparaître devant le tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau, statuant en matière correctionnelle. Face à la perspective de la prison, les deux parties ont choisi la voie de la réconciliation.

Il convient de rappeler qu’Amon Amon Athanase avait publiquement accusé Touré Ahmed Bouah de pratiquer des faux dans le cadre du projet Akwaba City. Des accusations que Touré Ahmed Bouah a vigoureusement niées, qualifiant ces allégations de calomnieuses, diffamatoires et sans fondement. Ces déclarations ont été faites par Amon Amon Athanase à travers les médias, pour la première fois le 27 mai 2020, puis de nouveau le 5 mai 2021.

La controverse a atteint son paroxysme lorsque le conseil d’Amon Amon a adressé une lettre à l’Inspecteur Général d’État le 1er février 2021, sollicitant la rétrocession de parcelles de terre à ses clients, alléguant qu’ils avaient été frauduleusement dépossédés par Touré Ahmed Bouah et la société SOPHIA S.A. Cette réclamation s’appuyait sur l’accusation selon laquelle les titres de propriété délivrés au Fonds de Prévoyance Militaire (FPM) étaient des faux.

Toutefois, Touré Ahmed Bouah a soutenu que la parcelle en question avait été réservée par l’État de Côte d’Ivoire, représenté par le ministère de la Construction, pour le projet Akwaba City, destiné à désengorger la ville d’Abidjan. Selon lui, la purge des droits coutumiers devait intervenir après l’obtention de l’arrêté d’approbation de la parcelle, une étape qui était encore en cours.

En réaction à ces accusations, Amon Amon Athanase et 103 autres personnes avaient intenté une action en justice pour annuler toutes les conventions passées avec le village d’Akoupé-Zeudji. Cependant, le tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau a rendu un jugement en faveur de Touré Ahmed Bouah le 26 juillet 2021, déboutant Amon Amon Athanase et ses co-requérants.

C’est dans le but de laver son honneur et de défendre la réputation de sa société SOPHIA S.A que Touré Ahmed Bouah a finalement décidé de porter plainte au pénal contre Amon Amon Athanase, accusé de dénonciation calomnieuse. Les actes d’Amon Amon visant à discréditer SOPHIA S.A, qui cherchait à vendre les parcelles pour la purge des droits coutumiers, ont été perçus comme une attaque à la crédibilité de l’entreprise.

Dans l’attente de son procès prévu pour le 27 octobre, Amon Amon Athanase n’a fait aucun commentaire sur cette affaire, malgré nos tentatives pour recueillir sa position.

La réconciliation entre Amon Amon Athanase et Touré Ahmed Bouah marque un tournant dans cette affaire longtemps médiatisée. Espérons que cette résolution puisse apaiser les tensions et permettre à toutes les parties concernées de trouver un terrain d’entente pour l’avenir

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks