Attiégouakro/Cérémonie d’investiture du chef de la tribu Aklohou: Justin Koffi N’goran appelle les populations à la promotion des valeurs traditionnelles

0:00

Le chef de la tribu Aklohou a été intronisé le week-end à N’dènou dans la commune de Lolobo situé dans le Département d’Attiégouakro qui compte six tribus.

Nanan Assouman Konan 2 est le nouveau chef de la tribu Aklohou qui compte 12 villages du peuple Nanafouè du département d’Attiégouakro qui compte six tribus. La cérémonie d’investiture du tout nouveau chef de cette tribu, désigné conformément aux us et coutumes en vigueur dans le peuple Nanafouè s’est tenue le samedi 16 mars 2024 à N’dènou, chef-lieu de tribu, situé dans la commune de Lolobo (département d’Attiégouakro) en présence entre autres du corps préfectoral, de toute la chefferie du Canton, des membres du Conseil pour le Développement du Nanafouè (CDNA), des autorités religieuses et de nombreuses populations qui n’ont pas voulu se faire compter l’événement.

À cette occasion M. Justin Koffi N’goran, Directeur Général (DG) de l’Autorité de Régulation des Récépissés d’Entreposage (ARRE), fils de la région et parrain de la cérémonie a exprimé bla nécessité de respecter la tradition qui incarne toutes les valeurs dont le respect garantit l’harmonie entre les différentes communautés de la société et la paix, préalable au développement. Le Professeur des Universités et par ailleurs président du Conseil pour le Développement du Nanafouè (CDNA) a lancé un appel aux cadres et autres populations au respect et à la promotion des valeurs traditionnelles. “Ayons un respect scrupuleux de la tradition. Ce n’est pas le respect de la personne de Nanan Assouman Konan 2 qu’on dit de vénérer. Mais c’est ce qui nous lie depuis la nuit des temps qui fait que celui qui est né en 1980 ou celui est né en 1800 sait que cette terre a été bâtie à la sueur et par l’amour, de génération à génération. Et nous devons rendre hommage à toute cette chaîne. Parce que si les morts ne doivent pas mourir, c’est dans l’expression des vivants que vivent les morts. Donc pour l’hommage que nous devons pour ce que nous avons, pour ce que nous sommes et là où nous devons arriver, nous devons tous respecter la tradition et respecter l’autorité de nos chefs traditionnels réguliers, légitimes” a conseillé le parrain.

Et de préciser : “Les chefs sont la tête. Nous sommes les pieds et les bras. Et nous devons conduire à bon port le navire Nanafouè” s’est convaincu la parrain. Qui les a tous appelé à l’union. Non sans les recommander de retourner aux sources consulter les chefs traditionnels afin de s’abreuver de leurs expériences et de leurs connaissances.

Noël Klohi

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks