Avec 60ans de coopération : Congo-Brazzaville s’endette davantage auprès de le Chine

0:00

En cette année 2024, le Congo-Brazzaville et la Chine célèbrent leur coopération vielle de 60ans. Une coopération qui laisse des dettes dans le camp des congolais.

La République du Congo est bénéficiaire de plusieurs infrastructures construites par la République populaire de Chine. Toutes ces constructions sont à la base de l’augmentation de la dette du pays ces dernières années. En plus des infrastructures, La Chine s’est aussi intéressée au secteur du pétrole.

Analyste économique, Alphonse Ndongo, a laissé entendre que la plus part des infrastructures au Congo est l’œuvre de Beijing. « Qu’il s’agisse des routes, des infrastructures sportives et des bâtiments administratifs… Les étrangers qui arrivent au Congo voient la transfiguration des deux principaux aéroports internationaux du pays : Maya-Maya à Brazzaville et Agostino Neto à Pointe-Noire, qui sont les véritables vitrines de cette coopération », a-t-il expliqué sur Rfi. Alphonse Ndongo a fait savoir que la dette de la Chine pèse lourd dans la dette du Congo. « C’est possible qu’il y ait de ce côté une espèce d’alourdissement de la dette, reconnaît Alphonse Ndongo. Car la Chine représente le plus grand stock du poids de la dette du Congo », a-t-il dit. En 2021, Brazzaville avait dû demander une restructuration de sa dette à Pékin afin de pouvoir reprendre les discussions bloquées avec le FMI. En 2022, le Congo devait officiellement à la Chine et à ses entreprises un peu plus de 1 500 milliards de francs CFA (soit plus de 2,2 milliards d’euros). Ce qui représentait près de 40% de la dette extérieure du pays. Une dette qui avait déjà été revue en 2019.

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks