Besoin en poches de Sang en Côte d’Ivoire : un défi à relever  300 000 poches de sang attendus  pour 2024

0:00

Le mardi 9 juillet 2024, lors de la conférence de presse hebdomadaire “Tout Savoir Sur” organisée par le Centre d’Information et de Communication gouvernementale (CICG) à Abidjan. 

Le Dr Yassongui Mamadou Sékongo, directeur général du Centre national de Transfusion sanguine de Côte d’Ivoire (CNTS-CI), a révélé des chiffres alarmants concernant le besoin en poches de sang dans le pays.

L’estimation du besoin et  le déficit actuel

Selon le Dr Sékongo, le besoin en poches de sang pour l’année 2024 est estimé à 300 000, ce qui correspond à environ 1% de la population ivoirienne. Cette estimation met en lumière l’importance cruciale de la disponibilité de sang pour sauver des vies lors d’interventions médicales, d’accouchements, de traitements contre le cancer et d’autres situations d’urgence.

À la fin du mois de juin 2024, plus de 140 000 poches de sang ont été prélevées, mais cela reste insuffisant pour répondre à la demande croissante. En 2021, le pays affichait une disponibilité de seulement 60% en poches de sang, soulignant ainsi l’urgence d’améliorer la situation.

Mesures prises par le Gouvernement

Le gouvernement ivoirien a mis en place plusieurs mesures pour relever ce défi : Renforcement des Équipements : Des investissements ont été faits pour moderniser les infrastructures et les équipements des centres de transfusion sanguine. Traçabilité Améliorée : La mise en place d’un système de traçabilité permet de suivre le parcours du sang depuis le don jusqu’à l’utilisation, garantissant ainsi sa qualité et sa sécurité. Sensibilisation : Des campagnes de sensibilisation sont menées pour encourager davantage de donneurs à participer. Reconnaissance des Donneurs : L’État reconnaît l’importance des donneurs de sang et les encourage à continuer leur précieuse contribution. Numéro Vert pour les Signalements : Le numéro vert 143 a été instauré pour signaler tout abus ou trafic lié au sang.

Prix harmonisé

Le prix de cession du sang et des produits sanguins a été fixé à 3 000 FCFA, tant dans le secteur public que privé. Cette mesure vise à éradiquer la spéculation et les trafics illégaux autour du sang.

Il faut souligner qu’aujourd’hui, 32 structures transfusionnelles sont impliquées dans les activités de prélèvement, de préparation, de stockage et de distribution du sang. Il est essentiel que la population ivoirienne prenne conscience de l’importance du don de sang et s’engage à sauver des vies.

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks