Côte d’Ivoire/Fenaplaci : Appel pressant pour le paiement des frais scolaires et l’équilibre budgétaire

0:00

Le 13 décembre 2023, lors de l’assemblée générale de la Fenaplaci, les fondateurs des établissements privés laïcs d’enseignement et de formation de Côte d’Ivoire ont pris des décisions cruciales pour l’avenir de l’éducation dans le pays.

Paiement immédiat des frais scolaires

Une urgence pour le bien-être du personnel éducatif, L’assemblée générale a émis une demande pressante en faveur du paiement diligent des frais de scolarité par l’État aux établissements scolaires privés. Cette requête vise à garantir que le personnel des entreprises privées du secteur de l’éducation et de la formation puisse passer les fêtes de fin d’année dans des conditions idoines, à l’instar de leurs collègues du secteur public.

Équilibre Budgétaire et Reprise des Paiements des Frais Scolaires, une seconde résolution met en avant l’importance de l’équilibre immédiat du budget lié aux frais de décollage des élèves pris en charge par l’État. Les fondateurs insistent sur la nécessité de reprendre les paiements des frais de scolarité conformément aux échéances conventionnées du 30 mars, 30 juin et 30 septembre.

Appel au Gouvernement pour une affectation budgétaire adéquate, la résolution deux concerne l’adéquation entre les affectations et le budget. Les fondateurs appellent le gouvernement à assurer : L’adéquation entre le budget des frais de scolarité des élèves affectés chaque année dans leur structure. La prise en compte du budget de 2024 des montants générés par le déséquilibre de l’année scolaire 2022-2023.

Arrêt des sanctions Administratives et Traitement Efficace des Dossiers, une autre résolution exhorte à l’arrêt de toutes les sanctions et fermetures diligentées par l’administration fiscale et la CNPS à l’égard des établissements scolaires privés. Les fondateurs dénoncent la lenteur et parfois le mépris dans le traitement des dossiers relatifs aux règlements des frais de décollage des élèves pris en charge par l’État. Ils exigent un traitement diligent et efficace conformément aux accords établis.

Apurement des Arriérés des Frais de Scolarité : Un ultimatum

Enfin, après une analyse approfondie des problèmes, les fondateurs demandent l’apurement dans les délais les plus brefs des arriérés des frais de scolarité de l’année 2022-2023. Un montant significatif de 120 milliards de FCFA pour l’enseignement général, 8 milliards pour l’enseignement technique et 4 milliards pour l’enseignement professionnel doit être réglé avant le 31 décembre 2023.

Par ailleurs, le bureau fédéral est engagé à prendre des mesures, y compris la possible suspension des cours à partir du 7 janvier 2024, si aucune action n’est entreprise d’ici là.

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks