Côte d’Ivoire/Mariages des enfants-Mutilations génitales féminines : le rapport de l’étude socio-anthropologique validé

0:00

Le rapport de l’étude socio-anthropologique sur les barrières socioculturelles qui impactent la persistance et la prévalence élevée des mariages des enfants et la perpétuation des mutilations génitales féminines en Côte d’Ivoire a été validé. Et ce, au terme d’un atelier de réflexion et d’échanges tenu du lundi 12 au jeudi 15 décembre 2022 à l’hôtel Aho à Yamoussoukro.

 Cette rencontre a réuni, en plus du staff de l’UNFPA, des consultants, des personnalités issues des Ministères sectoriels, une équipe du Programme National de Lutte contre les VBG (PNLVBG/MFFE et autres ONG partenaires de mise en œuvre du projet. Ce rapport en question est issu d’une étude qualitative auprès des communautés initiée par l’UNFPA et le Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant sur les facteurs socioculturels qui préviennent ou favorisent l’abandon des mariages des enfants et des mutilations génitales féminines en Côte d’Ivoire.

 Cette étude a été réalisée dans plusieurs régions de la Côte d’Ivoire par un pool de consultants et d’enquêteurs. Aux fins de disposer d’informations actualisées permettant de mieux orienter les interventions en cette entame de la troisième année de mise en œuvre  du 8e  programme de coopération afin de mesurer son efficacité. Vu qu’en dépit des mesures prises pour améliorer le cadre législatif d’intervention en matière de genre et de prévention des VBG, persistent les faibles performances en matière de lutte contre les VBG et mariages des enfants.

L’objectif de l’atelier

Il s’agissait pour les participants de l’atelier de passer en revue et discuter le rapport de l’étude réalisé, intégrer les observations des parties prenantes. Mais également de dégager et de valider le rapport de l’étude. En plus d’élaborer les prochaines étapes dans la perspective d’une bonne appropriation nationale des recommandations de l’étude. Pour ce faire la présentation des différents outils de collecte et des résultats (régionaux et globaux) de l’étude réalisé et les travaux de groupes sur les différentes parties du rapport préalablement découpées et affectées ont meublé l’atelier.

 Ces équipes ont finalisé et consolidé leurs contributions pour en ressortir ce document final qui a été validé par l’ensemble des participants. Par ailleurs les prochaines étapes ont été définies en vue de la vulgarisation du rapport pour une meilleure appropriation par les parties prenantes telles que recommandée lors des opérations de collecte de données. La distribution à toutes les structures participatives d’une feuille de route savamment élaborée avec les responsabilités bien définies a mis fin à l’atelier.

PAUQUOUD

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks