Côte d’Ivoire : un footballeur devenu apprenti Gbaka, voici son histoire

0:00

Bouaké Karamoko joueur de football pour des difficultés financières est obligé d’être balanceur dans un véhicule de transport commun appelé communément Gkaka.

Au cours d’un déplacement de Cocody à Yopougon, le téléphone de l’apprenti du gbaka ne cesse de crépiter. Ce dernier répond au nom de Bouaké Karamoko. Sous un soleil de plomb, ne décrochant pas le téléphone, Bouaké Karamoko fini par exaspérer les passagers du véhicule qui roulait à vive allure.

Je suppliais donc l’apprenti, afin qu’il prenne son appel. Et il exécuta séance tenante sans faire de difficile. Quelques minutes de conversations, l’apprenti raccrocha le téléphone avec un grand ouf de soulagement.

Qui est Bouaké Karamoko ?

Née en décembre 2005 dans la Sous-Préfecture de Mankono, il est célibataire et sans enfant. Orphelin de père et n’ayant pas eu la chance d’être scolarisé, il s’intéressa au football sur des conseils de quelques personnes avisés. Des quelques années plus tard, Bouaké Karamoko décide de rejoindre ses amis vivant à Abidjan afin de tenter sa chance dans le milieu footballistique.

Voici son histoire

« Étant au village, je me suis retrouvé à Abidjan. J’ai décidé de venir à Abidjan pour être un joueur professionnel un jour. Arrivé à Abidjan, Je suis devenu apprenti Gkaka à cause des difficultés financières. Je n’arrive même pas à aller aux entraînements.

 Au début, je demandais à certaines personnes généreuses pour me payer le transport. Mais après l’entraînement, j’ai des difficultés à me nourrir et me prendre en charge. C’est toutes ces difficultés qui m’ont poussé à m’approcher de la gare espérant avoir quelques choses pour ma pitance quotidienne. Certains chauffeurs m’ont refusé sous prétexte qu’on ne me connaît pas. Et que je risque de fuir avec la recette. Pendant ce temps, je vais plus aux entraînements à cause de ma situation financière. Une chose, est d’aller à entraînement une chose après entraînement comment je vais manger ? C’est tout ça qui m’a fait réfléchir pour aller à la gare. Certaines personnes ont commencé à me faire confiance. Je me lève très tôt pour faire quelques voyages quand l’apprenti titulaire arrive je lui cède sa place ensuite. Je pars à l’entraînement, là au retour de mon entraînement, je sais que je vais manger un plat de Garba. Voilà comment de joueur de football, je suis devenu apprenti Gbaka a-t-il relaté.

Quelques conseils aux jeunes

 À travers son expérience, il veut inviter la jeunesse à faire preuve d’innovation que de chercher la route de l’immigration.

 « Je suis orphelin. C’est difficile pour moi, mais croyons en nos valeurs. Nous avons tout ici, évitez d’aller mourir dans la méditerranée ou on ne verra pas ton corps »

« Je voulais m’adresser aux jeunes et à mes jeunes frères que la Côte d’Ivoire, c’est un beau pays nous avons tout ici, je suis arrivé à Abidjan dans l’optique de devenir un joueur professionnel et un jour de partir sur l’Europe. Mais aujourd’hui je crois toujours en mon rêve. Qui sait, le bon Dieu là-haut est pour nous tous, je suis un orphelin. Je crois toujours que Dieu mettra sur mon chemin des gens qui viendront m’aider dans ma carrière de football ». « Croyons en nos valeurs, nous avons tout ici. Evitez d’aller mourir dans la méditerranée ou on ne verra pas ton corps » a conseillé Bouaké Karamoko.

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks