Côte d’Ivoire : vers une exploitation minière artisanale à petite échelle de l’Or axée sur la durabilité environnementale

0:00

Les professionnels des mines et de la préservation environnementale collaborent activement pour promouvoir une exploitation minière artisanale à petite échelle de l’or en Côte d’Ivoire, plus durable et inclusive, tout en veillant à la préservation de l’environnement par l’élimination de l’utilisation du mercure.

Le Centre africain pour la santé environnementale (CASE) a organisé ce mardi 26 mars 2024 à Abidjan un atelier visant à présenter et à valider les résultats de « l’Analyse du cadre réglementaire pour la formalisation de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle (EMAPE) de l’or en Côte d’Ivoire ».

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du projet PlanetGOLD Côte d’Ivoire exécuté par le CASE et l’ONG IMPACT, sous la supervision d’un comité de pilotage présidé par le ministère de l’Environnement, du Développement durable et de la Transition écologique.

L’objectif principal de ce projet est d’atteindre des normes de gestion du mercure durables, compte tenu des dommages considérables causés à la santé humaine et à l’environnement par l’utilisation de ce métal.

Selon une enquête du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE, 2002), le secteur de l’EMAPE de l’or est le principal consommateur mondial de mercure, représentant environ 24% de la consommation totale.

En Côte d’Ivoire, le ministère de l’Environnement a réalisé en 2018 une évaluation initiale du projet de la Convention de Minamata, révélant que les rejets annuels de mercure dans l’air provenant de l’EMAPE étaient estimés à environ 17,12 tonnes.

La ratification de cette convention par la Côte d’Ivoire, en octobre 2019, a marqué un engagement fort du pays dans la lutte contre l’utilisation du mercure. Depuis lors, plusieurs initiatives telles que PlanetGOLD ont été lancées pour réduire, voire éliminer, l’utilisation de ce métal toxique dans le secteur de l’EMAPE.

Le programme PlanetGOLD vise spécifiquement à « éliminer l’utilisation du mercure en favorisant la formalisation des activités minières, en améliorant l’accès à des chaînes d’approvisionnement responsables en or et en introduisant des mécanismes financiers pour encourager l’adoption de technologies alternatives sans mercure » a déclaré le coordinateur général des programmes et projets du ministère de l’Environnement, Aka Saffo.

De son côté, le directeur de l’exploitation minière semi-industrielle, artisanale et des carrières, Coulibaly Logochin, a salué l’avènement du projet PlanetGOLD, soulignant qu’il contribuerait à la recherche de solutions durables par l’élimination de l’utilisation du mercure dans l’EMAPE.

Il reste convaincu que les discussions lors de cet atelier seront bénéfiques « pour progresser vers une exploitation minière artisanale et à petite échelle plus durable et inclusive, tout en préservant l’environnement et le bien-être des populations riveraines ».

Financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), le projet PlanetGOLD Côte d’Ivoire s’étend sur une durée de cinq ans. Son objectif principal est d’éliminer l’utilisation du mercure dans le secteur de l’EMAPE de l’or.

A.E

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks