Dédicace du livre/Rites funéraires et foi chrétienne : un dialogue harmonieux chez les Agnis Sanwis de Côte d’Ivoire

0:00

Dans un élan de convergence entre tradition et modernité, la communauté des Agnis Sanwis de Côte d’Ivoire a récemment fait une dédicace d’un ouvrage significatif : “Rites Funéraires et Foi Chrétienne”.

L’événement, qui a eu lieu le samedi 18 février 2024 à Aboisso, a été marqué par des réflexions profondes sur la manière dont la spiritualité ancienne et la foi chrétienne peuvent coexister de manière harmonieuse.

Le représentant du conseil culturel

Le représentant du conseil culturel a souligné lors de la cérémonie que, malgré l’introduction du christianisme, les fondements de la foi des Agnis Sanwis demeurent inchangés. “Nos cérémonies funéraires, ancrées dans notre culture, étaient déjà empreintes de la présence divine bien avant l’arrivée de Jésus Christ”, a-t-il déclaré. Cette perspective met en lumière la continuité et la fluidité entre les croyances traditionnelles et les enseignements chrétiens.

« Dans notre culture, il n’a jamais été question de maltraiter les veuves ou les enfants des défunts »

Alphonse Kaho, intervenant lors de la cérémonie, a souligné la nécessité de puiser dans les riches traditions culturelles tout en embrassant les valeurs chrétiennes. “Les deux religions ne sont pas fondamentalement différentes ; il s’agit plutôt de trouver un terrain d’entente où les deux peuvent coexister de manière bénéfique”, a-t-il expliqué.

Serge Focaire, prêtre et auteur du livre des rites a renforcé cette idée en mettant en lumière l’importance de traiter avec respect les veuves et les enfants des défunts. “Dans notre culture, il n’a jamais été question de maltraiter les veuves ou les enfants des défunts”, a-t-il affirmé. Il a également abordé la question complexe de l’héritage, soulignant la distinction cruciale entre les biens personnels et ceux hérités de la famille. « À aucun moment de notre culture n’a-t-on demandé de maltraiter les veuves, ni les enfants du défunt d’ailleurs. Il est nécessaire d’ouvrir la réflexion sur l’héritage : lorsque l’héritier arrive, il prend quelque chose de la famille, mais il possède déjà ses propres biens. Ce qu’il hérite de la famille ne devient pas automatiquement sa propriété ; il doit donc faire la distinction entre ce qui lui est légué et ce qui lui appartient déjà. C’est pourquoi il n’est que le gestionnaire de ce qu’il a hérité. Il existe donc une très grande différence entre ses biens personnels et ce qu’il a hérité », a déclaré Serge Focaire.

Ce livre représente une ressource précieuse

L’ouvrage “Rites Funéraires et Foi Chrétienne”, comprenant 403 pages, offre une exploration approfondie de ces sujets cruciaux. Disponible au prix de 20 000 francs CFA, ce livre représente une ressource précieuse pour ceux qui cherchent à comprendre et à préserver les traditions tout en embrassant la foi chrétienne.

En somme, cet événement et cet ouvrage illustrent brillamment la manière dont la culture et la religion peuvent s’entrelacer dans une harmonie riche et dynamique, offrant ainsi des perspectives inspirantes pour les Agnis Sanwis et au-delà.

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks