Football/34e édition de la CAN TotalEnergie: Emerse Faé offre à la Côte d’Ivoire sa troisième étoile

0:00

Les lampions se sont éteints au Stade Olympique d’Ebimpé avec le sacre de nos Éléphants qui ont battu les Super Eagles du Nigeria sur le score de 2 buts à 1.

Une victoire célébrée par plus de 27 millions de supporters à travers le pays lors de la finale de la 34e édition de la Coupe d’Afrique, disputée le 11 Février 2024. Ainsi, la Côte d’Ivoire inscrit sa troisième étoile sur son maillot.

Une première période dominée par les poulains d’Emerse Faé sans trouver le chemin des filets. À la 34e minute, Simon Adingra, sur une passe millimétrée de Franck Kessié dans la profondeur, n’arrive pas à tromper Mwabali, le portier nigérian, d’une frappe gauche. Mais le capitaine Serge Aurier maintient la pression sur tous les couloirs des Verts. Sous le poids de cette pression ivoirienne, la nervosité monte du côté nigérian. Victor Osimhen ne retrouve pas ses repères, et un accrochage entre Osimhen et Evan N’dicka survient, un scénario déjà vu en Serie A. Même son de cloche pour le coach nigérian, José Pereiso, qui écope d’un carton jaune suite à ses contestations des décisions arbitrales. L’Aigle est maîtrisé. Les Éléphants sont maîtres du jeu.

Le coup fatal de Troost-Ekong

Après avoir subi la pression offensive des commandos d’Emerse Faé, l’Aigle échappe aux Éléphants. À la 38e minute, les Super Eagles obtiennent un corner. Sur ce coup de pied arrêté, le capitaine William Troost-Ekong prend de la hauteur sur Serge Aurier et bat Yahia Fofana d’un coup de tête, inscrivant ainsi le premier but de l’opposition. Score : 1-0 pour le Nigeria. Un hold-up parfait réussi par les onze Nigérians. C’est sur cette marque que les deux formations iront en période d’oxygénation, malgré la bonne volonté des Ivoiriens de revenir à la marque.

Comme on le dit dans le jargon ivoirien, “le découragement n’est pas ivoirien”. À la reprise, les 60 mille supporters ne cesseront de croire en leur équipe. Max Gradel se lâche dans la bataille. Car, cette coupe organisée chez nous ne bougera pas, pour parler comme le duo zougloumen Yodé et Siro. Cette voix sera entendue. Suite aux nombreuses occasions infructueuses de Max Alain à la 50e minute et de Seri Jean Michaël à la 59e minute, Franck Kessié remet les pendules à l’heure. Cela se produit sur un corner bien travaillé par Simon Adingra, Kessié, au deuxième poteau, trouve la tête et bat Mwabali. 1-1.

Haller en héros

Quand le frein de “La Can, c’est chez, la coupe ne bougera pas” impacte le jeu des Éléphants. Franck Kessié et ses coéquipiers appuient sur l’accélérateur pour réussir le coup final. Ainsi, dans un stade électrique, Sébastien Teddy Haller inscrit le second but des Éléphants qui met tout le stade d’Ebimpé en ébullition dans cette rencontre cruciale pour le peuple ivoirien. Cela se produit à la 81e minute, suite à un débordement du jeune Simon Adingra sur le côté gauche du camp adverse, la balle trouve le pied de Sébastien Haller qui loge le ballon au fond des filets de Mwabali devant le grand défenseur nigérian Troost-Ekong. 2-1 pour les Éléphants.

Les Ivoiriens ne lâchent pas prise. Le constat est clair. La coupe ne bougera vraiment pas. Les hommes de José Peisero auront tout essayé mais le score en restera là, malgré les 7 minutes de temps additionnel.

Ce fut une très belle CAN. Une CAN pleine de suspense et de bouleversements. La Côte d’Ivoire a su se hisser sur le toit du football africain grâce à ce jeune Ivoirien, Emerse Faé, qui a su apporter sa touche tactique à une équipe au fond du gouffre. Il a réussi à les hisser au sommet du football africain. Il est la fierté du peuple ivoirien grâce à qui la Côte d’Ivoire obtient sa troisième étoile.

Didier Fahé

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks