Insertion professionnelle : Blaise Lasm met les étudiants juristes devant les réalités de la quête d’emploi et propose une solution à l’Etat

0:00

Le secrétaire général adjoint du Ppa-ci n’est pas usé du dos de la cuillère pour mettre les étudiants juristes face à leur destin lors de la cérémonie de remise de certificats de fin de formation « Pratique du Droit» initié par le Réseau des Juristes Privatistes de Côte d’ivoire, présidé par monsieur Takouo Marc le samedi 28 janvier 2023 à l’université Félix Houphouët-Boigny.

Aux nouveaux certifiés en « pratique du droit », le secrétaire général adjoint du PPA-CI, Blaise Lasm a traduit ses félicitations en faisant remarquer que « voir des jeunes travailler durement me rassure sur le fait que jamais en Côte d’Ivoire, les contre-valeurs ne finiront par prendre le dessus sur le mérite et le travail sérieux ».

Le défi du chômage en Côte d’Ivoire

Saisissant l’occasion, il a relevé le problème du chômage en Côte d’Ivoire. Il estime qu’étant donné que c’est l’Etat qui adopte les matrices pédagogique en fonction des besoins spécifiques de la société, il doit aussi trouver des débouchés. « Nous constatons cependant que ce n’est pas le cas et il nous faut réfléchir sérieusement à la question de l’adéquation entre l’enseignement dispensé et l’employabilité des jeunes » a-t-il fait remarquer.

Sur la même lancée, Blaise Lasm laisse entendre que « cette situation qui concerne tous les jeunes diplômés en Côte d’Ivoire où le taux de chômage, selon la Revue Ivoirienne des Sciences Économiques et de Gestion (RISEG), est de 25%, pour une durée moyenne de 55 mois, est encore plus perceptible chez les étudiants juristes. En effet, le nombre de juristes en activité est très largement en deçà des juristes formés par nos universités. Je suis  outré de savoir que pour une population de 28 millions d’habitants, il y’a moins de 1000 avocats en exercice et moins de 300 notaires, Soit 1 avocat pour plus de 28 milles ivoiriens et 1 Notaire pour plus  de  93 milles ivoiriens.

« cette situation qui concerne tous les jeunes diplômés en Côte d’Ivoire où le taux de chômage, selon la Revue Ivoirienne des Sciences Économiques et de Gestion (RISEG), est de 25%, pour une durée moyenne de 55 mois ».

Ces chiffres ne font pas honneur à notre pays et sont à corriger, d’autant  que le recrutement à la fonction de Notaire est opaque, et celui des Avocats depuis quelques années est stoppé,  puisque l’examen du CAPA n’est pas organisé depuis des lustres, bien que l’Uemoa impose de le faire annuellement ».

 Par ailleurs, SGA du Ppa-ci propose que l’Etat songe à « la création de trois autres barreaux à Bouake, Man et Daloa pour ouvrir d’autres possibilités » mais que les recrutements se fassent en toute transparence.  Il néanmoins rappelé l’engament du chef de l’Etat qui est de consacrer cette année 2023 à la jeunesse.

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks