La Révolution du Caoutchouc en Côte d’Ivoire : L’Assemblée Générale de la CPHCI promeut la transformation et la valorisation du Caoutchouc

0:00

Le samedi 4 novembre 2023, au CNRAO (Centre National de Recherche Agronomique d’Abidjan), s’est tenue l’assemblée générale de la Coopérative avec Conseil d’Administration de l’Association du Collectif des Planteurs d’Hévéa de Côte d’Ivoire (CPHCI).

 Cet événement a été marqué par des prises de parole significatives, notamment celle de M. Konan Ahoutou, président du conseil d’administration de la CPHCI, et du Dr. Diaby Salia, médecin planteur dans la région d’Iffou.

La CPHCI un Acteur Clé pour les Planteurs d’Hévéa

La CPHCI, créée en 2022, est une émanation de l’Association du Collectif des Planteurs d’Hévéa de Côte d’Ivoire. Le but de cette coopérative est de veiller aux intérêts des planteurs d’hévéa en Côte d’Ivoire, où des défis organisationnels et économiques ont été relevés lors de l’assemblée générale.

Selon, M. Konan Ahoutou, président du conseil d’administration de la CPHCI, depuis la fondation de l’association en juillet 2022, des problèmes ont été identifiés, notamment des inégalités flagrantes entre les planteurs et les usiniers dans la filière de l’hévéa. Alors que les usiniers annoncent des bénéfices importants chaque année, les coûts pour les planteurs restent faibles, et ces derniers peinent à percevoir la totalité du prix annoncé pour leur production. Cela a créé un bilan négatif pour les planteurs, ce qui a motivé la création de l’association pour prendre des mesures et garantir une meilleure prise en charge des planteurs.

Devenir Maîtres de Leur Propre Destin

Un des objectifs clés de l’association est d’acquérir la souveraineté sur leur produit, le caoutchouc. Tant que le caoutchouc est frais, les planteurs sont tributaires des usiniers, mais une fois qu’il est sec, ils ont le contrôle. La transformation du caoutchouc frais en feuille fumée ou en granulé est une étape essentielle pour atteindre cette indépendance.

« La première transformation est un processus simple qui consiste à coaguler le latex, presser le caoutchouc, le sécher au soleil, puis le fumer légèrement. »

Cette transformation locale est en cours de développement avec une ingénierie ivoirienne, qui propose des solutions permettant aux planteurs de mettre en place des petites unités de transformation individuelles ou en groupe pour produire des feuilles fumées ou des granulés. Cette démarche est prévue pour cette campagne, débutant en novembre.

La Première Transformation une Valeur Ajoutée Significative

Le Dr. Diaby Salia, médecin planteur de la région d’Iffou et membre fondateur de la coopérative, a souligné l’importance de la première transformation. En transformant le latex, la sève récoltée de l’arbre, en caoutchouc, les planteurs peuvent augmenter la valeur de leur produit. La sève contient 70% de caoutchouc, et en effectuant cette première transformation, ils utilisent seulement ces 70%, évitant ainsi le gaspillage.

« La première transformation est accessible aux petits planteurs avec des ressources limitées. En Asie du Sud-Est, un planteur peut produire des feuilles fumées, également connues sous le nom de RSS3, avec seulement un hectare de terrain. Le kilogramme de feuille fumée se vend à 900 F CFA, tandis qu’en Côte d’Ivoire, les planteurs reçoivent à peine 317 FCFA par kilogramme, un prix qui ne respecte pas la valeur réelle de leur travail. La première transformation est un processus simple qui consiste à coaguler le latex, presser le caoutchouc, le sécher au soleil, puis le fumer légèrement. Ce processus crée une plus-value significative pour les planteurs, renforçant leur travail. », a déclaré Dr Diaby.

Lors de cette assemblée générale, il a été clairement indiqué que la CPHCI est ouverte à la collaboration avec d’autres acteurs de la filière. Plusieurs opérateurs économiques partagent la vision de la coopérative et cherchent des moyens de faciliter l’écoulement des produits des planteurs tout en garantissant des prix rémunérateurs.

La coopérative explore des partenariats avec d’autres acteurs pour commercialiser les produits à des prix équitables, contribuant ainsi à réduire la dépendance des planteurs vis-à-vis des usiniers.

L’assemblée générale de la CPHCI a marqué une étape cruciale dans la révolution de la filière de l’hévéa en Côte d’Ivoire. En promouvant la transformation du caoutchouc, les planteurs cherchent à prendre leur destin en main, à revaloriser leur travail et à réduire leur dépendance envers les usiniers. La collaboration avec d’autres partenaires économiques ouvre de nouvelles perspectives pour une meilleure commercialisation des produits à des prix justes. Cette initiative promet un avenir plus prometteur pour les planteurs d’hévéa en Côte d’Ivoire, transformant les défis en opportunités.

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks