OIT projet FAIR III/Renforcement des capacités en recrutement équitable : L’Engagement des organisations syndicales de la Côte d’Ivoire

0:00

Le renforcement des capacités de ces organisations est essentiel. L’OIT, via le projet FAIR III et JLMP a organisé un atelier de renforcement de capacité des responsables syndicaux, du 27 au 28 novembre 2023, à Abidjan, l’hôtel à Azalai, offrant une assistance technique pour améliorer les compétences des syndicats, fournir des informations fiables sur le recrutement équitable, et sensibiliser sur les dangers de la migration irrégulière.

Chaque année, des milliers de jeunes hommes et femmes migrent de l’Afrique occidentale vers des destinations étrangères, faisant de la Côte d’Ivoire le deuxième pays d’origine de l’immigration irrégulière. Les témoignages révèlent les conditions difficiles auxquelles font face ces migrants, souvent mal informés sur leurs droits et vulnérables aux abus.

Face à ce défi croissant, l’Organisation Internationale du Travail (OIT) se positionne avec son projet intégré sur le recrutement équitable (FAIR III). Ce projet, actuellement en sa troisième phase, concentre ses efforts en Côte d’Ivoire, en Tunisie, au Ghana, en Afrique du Sud, et au Lesotho, ainsi que dans les couloirs migratoires vers les États arabes. En mettant l’accent sur la recherche basée sur des données probantes, le FAIR III vise à élaborer des politiques novatrices pour améliorer la protection des travailleurs migrants.

La (Pcsm-Ci), se mobilise pour défendre les droits des travailleurs migrants

La migration irrégulière, en particulier celle des femmes et des jeunes filles, expose les individus à une vulnérabilité accrue. C’est dans ce contexte que les organisations syndicales de travailleurs en Côte d’Ivoire jouent un rôle clé. La récente Conférence africaine sur les migrations de main d’œuvre a souligné l’importance cruciale des organisations syndicales, invitant à renforcer leurs capacités pour offrir des services de qualité aux travailleurs migrants.

 « Le recrutement équitable repose sur 13 principes qui contribuent à la protection du travailleur migrant »

En Côte d’Ivoire, cinq confédérations syndicales, regroupées au sein de la Plateforme des Centrales Syndicales sur la Migration (Pcsm-Ci), se mobilisent pour défendre les droits des travailleurs migrants. L’Union Générale des Travailleurs de Côte d’Ivoire (UGTCI), en particulier, a signé un protocole de coopération avec l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) pour garantir un recrutement équitable et éthique.

L’objectif de cet atelier

Les objectifs incluent la formation des confédérations syndicales sur le recrutement équitable, le partage d’outils pour animer les centres des migrants, l’échange d’expériences pour développer des services adaptés aux travailleurs migrants, et le renforcement du dialogue social sur les défis liés à la migration.

Mme Alida N’dri, coordinatrice du projet FAIR III en Côte d’Ivoire, a souligné que le recrutement équitable est un élément crucial pour la protection des migrants. Il garantit un certain nombre de conditions telles que le respect des droits de l’homme, le paiement des salaires et la protection sociale. « Le recrutement équitable repose sur 13 principes qui contribuent à la protection du travailleur migrant. Actuellement, l’activité se concentre sur les organisations syndicales des travailleurs, visant à renforcer leurs capacités en matière de recrutement équitable et de respect des principes associés. L’objectif est que d’ici 2024, ces organisations puissent développer des activités en faveur du respect du recrutement équitable pour l’ensemble des travailleurs, y compris les travailleurs migrants », a déclaré Alida N’dri, coordinatrice du projet FAIR III.

En fin de compte, cette initiative vise à faire des confédérations syndicales des défenseurs encore plus efficaces des droits des travailleurs migrants en Côte d’Ivoire.

Selon M. Tanoh Honorat, de la centrale syndicale UGTCI et coordinateur de la plateforme syndicale sur la migration en Côte d’Ivoire, le projet FAIR III vise à renforcer les capacités des responsables syndicaux en matière de recrutement équitable. « Comme vous le savez, nous, les Ivoiriens qui partent à l’étranger, nous nous interrogeons sur la classification juste de nos qualifications et de notre formation de base. Les travailleurs ivoiriens sont-ils recrutés de manière équitable par rapport aux non-nationaux ? C’est pour répondre à ces questions que nous nous réunissons ici en tant qu’organisation de travailleurs, défenseurs originaux des droits de tous les travailleurs. Nous souhaitons jouer notre rôle en communiquant avec les migrants et les Ivoiriens qui se rendent à l’étranger », a indiqué Tanoh Honorat, coordinateur de la plateforme syndicale sur la migration en Côte d’Ivoire.

Les participants visés sont les représentants des cinq confédérations syndicales, formant un groupe cible de 25 à 30 personnes. Cette initiative marque un pas significatif vers une migration régulière et équitable, plaçant les travailleurs migrants au cœur des préoccupations syndicales et nationales.

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks