Patriotisme et souveraineté nationale en Côte d’Ivoire : un défi identitaire pour Le Front Ivoirien pour les Libertés et la Souveraineté (FILS)

0:00

Le patriotisme et la souveraineté nationale sont des sujets cruciaux pour tout pays. En Côte d’Ivoire, ces thèmes suscitent des débats passionnés, mais aussi des complexités identitaires.

Le Front Ivoirien pour les Libertés et la Souveraineté (FILS) a tenu sa première conférence de presse lors d’un déjeuner avec les hommes de médias, sous le thème du Patriotisme et de la Souveraineté Nationale. Cet événement s’est déroulé le mercredi 12 juin 2024, à Abidjan Palmeraie.

Le secrétaire général du FILS, Maffe Mambo Justin, a situé le contexte de cette rencontre avec les médias. Il a profité de l’occasion pour lancer un appel aux Ivoiriens en faveur de la préservation de la souveraineté et du patrimoine foncier.

Le Patriotisme Ivoirien un complexe Identitaire

Le patriotisme consiste à affirmer sa nationalité avec fierté et amour pour sa patrie. Pourtant, en Côte d’Ivoire, ce concept est souvent entaché de controverses. Peu d’Ivoiriens osent aborder le sujet de manière franche, de peur d’être taxés de xénophobes ou d’« ivoiritaires ». Mais pourquoi ce complexe identitaire persiste-t-il ?

La Côte d’Ivoire est un pays riche en diversité ethnique. Les Akan, les Mandé, les Voltaïques et les Krou coexistent sur un territoire bien délimité de 322 463 km². Chaque groupe ethnique possède sa propre langue et une localisation spécifique dans le pays. Malgré cette richesse culturelle, des forces extérieures encouragent une immigration clandestine massive, modifiant ainsi la composition de la population ivoirienne.

L’Immigration et la modification démographique

Au fil des années, le nombre de ressortissants étrangers originaires du Burkina Faso, du Ghana, de la Guinée, du Mali, du Niger et du Libéria a augmenté rapidement en Côte d’Ivoire. Le gouvernement ivoirien prétend que le taux d’étrangers a diminué, mais la réalité est différente. Des méthodes douteuses sont utilisées pour naturaliser frauduleusement ces nouveaux arrivants.

Lors de son intervention, le président du FILS, Serges Kpélé, a dénoncé le fait que la nationalité et le foncier sont bradés au détriment des non-nationaux. La carte nationale d’identité ne mentionne plus les noms des parents, facilitant ainsi la fraude massive. Le passeport ivoirien est également vulnérable, accessible à ceux qui peuvent payer pour l’obtenir. Ce laxisme menace la souveraineté et l’identité du pays.

En conclusion, le président du FILS a formulé des propositions concrètes : Révision du système d’identification des populations
Révision du droit foncier en Côte d’Ivoire, en tenant compte de l’avis des autorités coutumières et de toute la communauté. Réduction de la porosité des frontières ivoiriennes Renforcement de l’éducation civique par le service militaire obligatoire.

Pour lui, la Côte d’Ivoire doit protéger sa souveraineté et son patrimoine foncier. Le patriotisme ne devrait pas être un tabou, mais plutôt un moyen de célébrer l’histoire et la diversité de notre nation. Il est temps de préserver notre identité et de faire face aux défis qui menacent notre souveraineté.

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks