Politique étrangère : la Chine teste sa capacité à prendre le pouvoir en Taïwan

0:00

Depuis deux jours (jeudi 23 et vendredi 24 mai 2024), Pékin est en train de procéder à des manouvres militaires autour de Taïwan.

Après que le nouveau président de Taïwan, Lai Ching-te, s’est engagé lors de son investiture, lundi 20 mai 2024, à défendre sa souveraineté et sa démocratie, la République populaire de Chine a souhaité lui infliger une « sévère punition ».

Ainsi, Pékin a lancé une opération, qui se poursuit, dénommée « Glaive uni 2024A », de l’armée de terre, de la marine et de l’aviation chinoise, ainsi que de l’unité chargée des missiles autour de Taïwan. Cette opération est une série d’exercices.

« Depuis sa prise de fonctions, le dirigeant de la région de Taïwan a sérieusement remis en question le principe d’une seule Chine (…), a tenté de recourir à la force pour obtenir l’indépendance et de s’appuyer sur des pays étrangers pour obtenir l’indépendance, ce qui pousse nos compatriotes de Taïwan dans une situation périlleuse de guerre et de danger », a déclaré Wu Qian, porte-parole du ministère chinois de la défense vendredi 24 mai 2024 dans un communiqué.

Le porte-parole du commandement du théâtre oriental de l’armée chinoise, Li Xi, a quant à lui, indiqué ces exercices consistaient à mesurer la « capacité (de Pékin) à prendre le pouvoir ». L’emploi de la lettre « A » dans le nom de cette opération laisse penser que d’autres démonstrations de force sont à attendre par la suite.

Brice ZADI
source : le monde

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks