Réchauffement climatique : Lancement du projet de détection des zones les plus exposées à la chaleur à Abidjan

0:00

Le docteur Kouakou Yao Etienne, attaché de recherche à l’université Nangui Abrogoua, a lancé un projet de développement de l’indice de vulnérabilité à la chaleur pour la ville d’Abidjan.

Financé par le Fonds pour la science, la technologie et l’innovation (Fonsti), un atelier dédié à ce projet s’est tenu le vendredi 10 novembre 2023 dans les locaux de ladite université.

La cérémonie de lancement a eu lieu dans la salle du conseil de l’université Nangui Abrogoua (Una), située entre Abobo-Adjamé, en présence des responsables de l’université et du Fonsti. Le projet, débuté le 15 septembre 2023, s’étendra sur 18 mois avec un financement de 21 039 400 Frcfa du Fonsti. Il s’inscrit dans un projet global appelé Heat.

Les contours du projet

Selon le chef de projet, le Dr Kouakou Yao Etienne, l’objectif est de “mettre en place un indice de vulnérabilité, c’est-à-dire un outil permettant d’identifier les zones les plus exposées, car la chaleur nous affecte progressivement”. Le projet inclura également l’identification des risques sanitaires liés à cette chaleur, en utilisant les données fournies par le ministère de la Santé.

“À partir de ces informations, nous allons développer un système d’alerte précoce pour informer la population en cas de vagues de chaleur et leur indiquer les mesures à prendre pendant ces périodes”, a-t-il ajouté.

Représentant le secrétaire général du Fonsti, Dr Sangaré Yaya, Ouattara Zeinabou a souligné que “le soutien du Fonsti à ce projet illustre une fois de plus l’engagement de l’organisation à soutenir le développement socio-politique et culturel de la Côte d’Ivoire”.

L’intervention du chercheur

S’exprimant au nom du président de l’université Nangui Abrogoua, Tanoh Yao, le Prof Gnagne, directeur du pôle environnement et développement durable, a souligné l’importance de ce projet pour les populations. Il a également mis en avant le rôle crucial des chercheurs dans la résolution des problèmes liés au réchauffement climatique.

“Les vagues de chaleur deviennent de plus en plus fréquentes, constituant un défi croissant pour nos sociétés. Il est de notre responsabilité de prendre des mesures pour atténuer les effets sanitaires de ces conditions climatiques extrêmes. C’est une étape essentielle pour protéger la santé de nos concitoyens et améliorer leur qualité de vie”, a-t-il déclaré en présence du représentant du superviseur du projet, le Prof N’Dri Dénis, et du chef du projet Heat, le Prof Cissé.

Brice ZADi

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks