Sécurité alimentaire à Tengrela : le Fonsti lance un projet pour lutter contre la destruction massive du maïs

0:00

Le Fonsti (Fonds National pour la Science et la Technologie de Côte d’Ivoire) a lancé un projet, le 24 mai 2024 à l’Université Félix Houphouët Boigny précisément au pôle scientifique de Bingerville. Un projet ambitieux visant à renforcer la sécurité alimentaire dans le département de Tengrela.

Face à la menace croissante de la destruction des récoltes de maïs par des nuisibles, ce projet vise à mettre en place des stratégies durables de production et de conservation du maïs. Voici un aperçu des objectifs et des impacts attendus
Financé à hauteur de 20 600 000 Fr cfa, ce projet piloté par Dr Johnson Félicia de l’Université Félix Houphouët Boigny à pour thème les « Stratégies durables de production et conservation du maïs face au Changement Climatique à Tengrela-Côte d’Ivoire ».

À écouter l’initiatrice, il sera question d’identifier les pratiques de production et de conservation du maïs, les technologies d’agriculture intelligente et collecter les informations. Ensuite répertorier les ravageurs de la culture et des stocks du maïs et estimer les dégâts. Tout en évaluant l’efficacité des bioproduits sur les ravageurs des cultures et des stocks de maïs ainsi que les structures de stockages améliorées.

Identification des pratiques de production et de conservation et Évaluation des ravageurs
Le projet s’attache à recenser les meilleures pratiques en matière de culture et de stockage du maïs. Il examinera également les technologies d’agriculture intelligente pour optimiser la production. Les chercheurs analyseront les ravageurs qui affectent les cultures et les stocks de maïs.
Ils estimeront les dégâts causés par ces nuisibles. Efficacité des bioproduits et des structures de stockage. Le projet évaluera l’efficacité des bioproduits pour lutter contre les ravageurs. Il examinera également les avantages des structures de stockage améliorées.

Impacts économiques et Impacts environnementaux

L’adoption de l’agriculture intelligente devrait entraîner une amélioration quantitative et qualitative de la production du maïs. Les coûts de production devraient baisser, tandis que les revenus augmenteront de 30 à 70 %. La conservation des denrées alimentaires sera prolongée, générant ainsi une plus-value.
L’agriculture intelligente contribuera à éviter l’accumulation de résidus toxiques dans les écosystèmes. Elle protégera l’air, l’eau, la biodiversité et les terres contre les pollutions liées aux intrants chimiques. Les populations locales seront plus résilientes grâce à la maîtrise des ravageurs et à la compréhension des facteurs climatiques. Les communautés généreront davantage de revenus grâce à des activités saines et productives.

Au nom du secrétaire général du Fonsti, M.N’Guessan Evrard a réaffirmé la grande importance que le Fonsti attache à la recherche de solutions aux problèmes de développement en CI, ce, à travers la recherche et l’innovation. « Le financement de ce projet s’inscrit dans la dynamique de mise en œuvre de la politique d’encouragement des femmes dans le domaine de la Science, de la Technologie et de l’Innovation (STI), conformément aux recommandations du Conseil Mondial de la Recherche sur la nécessité d’améliorer la situation des femmes en recherche. », a laissé entendre.

En somme, ce projet s’inscrit dans la politique d’encouragement des femmes dans la recherche scientifique, conformément aux recommandations du Conseil Mondial de la Recherche. Le financement provient du Centre Africain pour les Études Technologiques (ACTS), dans le cadre de l’initiative des organismes subventionnaires de recherche scientifique regroupant 17 pays subsahariens, dont la Côte d’Ivoire. Cette démarche vise à renforcer les capacités des organismes subventionnaires et à trouver des solutions concrètes aux défis de développement en Côte d’Ivoire.

Journaliste

fr_FRFrench
Enable Notifications OK No thanks